Économie sociale

L’économie solidaire dans la métropole lilloise : nouveaux consensus, nouvelles fractures

A partir d’entretiens réalisés auprès des acteurs se revendiquant de l’économie solidaire au sein de la métropole lilloise, cet article met à jour les dynamiques locales émergeantes portées par ces structures, et s’interroge sur la portée des recompositions du champ de l’ESS qu’elles peuvent favoriser localement. Ainsi, l’ensemble des acteurs interrogés relève la très forte valorisation de l’entrepreneuriat, l’importance de l’hybridation de leurs ressources ou encore la référence désormais incontournable au territoire. Néanmoins, de nouvelles fractures apparaissent, liées à la capacité (ou non) des structures à se ménager des espaces d’autonomie. Le statut coopératif (ou non), l’organisation du travail et le rapport à la mobilisation politique apparaissent comme des variables majeures de différenciation des structures.

 

Numéro de revue: 
349
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Paul Cary, Caroline Senez

Un séminaire sur la dynamique associative en Kabylie

Lancé en 2015, le séminaire permanent Belkacem Krim est le lieu de rencontre annuel des chercheurs et des acteurs de l’économie solidaire en Kabylie (Algérie). L’édition 2018 s’est tenue les 6 et 7 avril à Yakourène et Iguersafène sur le thème : « Le territoire de Tizi-Ouzou, pour une réelle dynamique associative. Don, réciprocité, démocratie et solidarité créative ».

L’innovation sociale : un concept évolutif et polysémique

Sonia Bendimerad, quant à elle, a entrepris une revue critique de l’évolution du concept d’innovation sociale en lien avec les grandes scansions économiques et technologiques des quatre dernières décennies. L’approche diachronique met en relief le caractère polysémique de ce  concept aujourd’hui très galvaudé. Durant les années 1970, les innovations mises en avant étaient plutôt de nature technologique.

Le « lexique » de l’objet social de l’entreprise

En attendant que le projet de loi Pacte soit débattu au Parlement à la rentrée, voici un récapitulatif des modèles et termes mobilisés pour définir l’objet social des entreprises.
Entreprise à mission : dans ce modèle et statut, la performance économique de l’entreprise doit se concilier avec une mission sociétale choisie par le conseil d’administration et inscrite dans le statut juridique de la société.

Une « raison d’être » de l’entreprise...

Au final, que préconise la proposition de loi Pacte présentée en conseil des ministres le 18 juin ? Dans ce texte, deux articles du code civil relatifs à l’objet social de l’entreprise sont modifiés, ce qui paraissait inconcevable il y a peu. L’article 1833 indique toujours que « toute société doit avoir un objet licite et être constituée dans l’intérêt commun des associés ».

Vingt-deux projets ESS en vitrine de « French impact »

Au théâtre de la Renaissance, à Paris, pas moins de sept ministres se sont succédé sur scène le 12 juin pour parrainer 22 entreprises de l’ESS retenues au terme de l’appel à projets lancé en janvier par le ministère de la Transition écologique et solidaire de Nicolas Hulot. Grâce à un accompagnement financier sur trois ans, ces entreprises vont déployer leurs solutions en « changeant d’échelle ». Ainsi labellisés, mis en lumière et soutenus, ces projets deviennent une bannière de l’économie sociale et solidaire aux yeux du plus grand nombre.