Une représentation unifiée de l’ESS ?

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

En parallèle, les réflexions et rencontres se poursuivent pour une meilleure représentation institutionnelle des acteurs de l’ESS – cette fois-ci interne au secteur. En France, il existe trois instances de représentation : ESS France désigne la Chambre française de l’ESS, réunissant les têtes de réseau nationales des familles de l’ESS ; le Conseil national des Cress (CN Cress) regroupe les chambres régionales de l’ESS (Cress), qui rassemblent les différents acteurs et familles du secteur dans les régions ; l’Union des employeurs de l’ESS (Udes) représente les syndicats employeurs de 14 branches de l’ESS.
Le sujet, non totalement nouveau, d’une représentation unifiée a été lancé au moment de la nomination de Christophe Itier au poste de Haut-Commissaire : l’Élysée souhaite revoir la manière de travailler avec les corps intermédiaires et regrouper les acteurs. Si les trois organisations concernées y sont favorables, notamment pour rendre l’ESS plus visible sur un plan institutionnel et médiatique, reste à
savoir comment, car ces différentes organisations sont la traduction d’une histoire et de spécificités locales ou sectorielles. Grâce aux réunions et consultations en cours, une organisation concrète et consensuelle pourrait émerger d’ici à la fin de l’année. Si l’entente n’était pas finalisée, le projet de loi de finances pourrait trancher en désignant ses interlocuteurs.