Un séminaire de Sciences Po-Bordeaux : l’innovation dans l’ESS

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Le 11 avril 2018, à Sciences Po-Bordeaux, s’est déroulée la première des trois demi-journées du séminaire « Relire l’histoire de l’économie sociale et solidaire », organisé dans le cadre du programme de recherche sur la société civile organisée (Scor) de la Maison des sciences de  l’homme d’Aquitaine (MSHA). Ce séminaire animé par Timothée Duverger, Robert Lafore et Xabier Itçaina (Sciences Po-Bordeaux) se fonde sur une double hypothèse, ainsi formulée dans l’argumentaire : « D’abord, on doit pouvoir mettre en évidence, à compter du milieu du XIX e siècle, des périodes “critiques” où l’ESS s’institue fortement et massivement, ces périodes étant suivies de phases de stabilité relative ; ensuite, ces périodes peuvent correspondre à des “moments” où les instances politiques, économiques et la “société civile” voient leurs rapports perturbés et déséquilibrés, l’ESS ayant dans ces “moments” des fonctions médiatrices qui se renforcent pour réaménager les équilibres entre le politique, l’économie et les dimensions relatives à la sphère privée et aux solidarités immédiates : s’instaure ainsi une dialectique nouvelle entre des initiatives émanant de la société civile, des recompositions dans les structures économiques et des mutations dans les logiques de participation politique ainsi que de fonctionnement des structures publiques. »
Cette première séance était consacrée au thème de l’innovation sociale dans l’ESS, avec les interventions d’Olivier Chaïbi (enseignant à l’université Paris Est-Créteil) et de Sonia Bendimerad (doctorante en sciences de gestion à l’université d’Angers).