L’ACS-P dresse le bilan de l’aide à la complémentaire santé

L’ACS-P (Association pour l’accès à la complémentaire santé des populations en précarité) a été fondée en juin 2013 par ATD-Quart Monde et les cinq plus grandes mutuelles interprofessionnelles pour promouvoir un  contrat d’assurance complémentaire santé destiné aux personnes en situation de précarité. L’association regroupe actuellement ATD-Quart Monde, les mutuelles du groupe VYV (Harmonie mutuelle, MGEN MGEFI, MNT), celles du groupe Aesio (Adréa Mutuelle, Apréva Mutuelle, Eovi MCD), MCDef, Ociane-groupe Matmut, Solimut Mutuelle de France et 31 mutuelles distributrices du contrat, ainsi que les associations Agir-abcd (Association générale des intervenants retraités-action de bénévoles pour la coopération et le développement), le Ciss (Collectif interassociatif sur la santé) et quelques collectivités territoriales.
Deux ans après la réforme du dispositif d’aide à la complémentaire santé, qui a bénéficié à plus de 500 000 assurés, l’association publie les résultats d’une enquête menée entre novembre 2016 et juin 2017 auprès des bénéficiaires. Son premier enseignement est que le taux de recours à ce droit par les personnes concernées est inférieur à 45 %, ce qui contribue à invalider le discours commun sur le phénomène prétendument répandu de l’usage immodéré des droits sociaux. En outre, un bénéficiaire sur trois a été confronté à des dépassements d’honoraires ou à un refus de soins. En résumé, bien que d’une utilité sociale certaine, le dispositif reste très perfectible. L’ACS-P souligne notamment la nécessité de mieux informer les bénéficiaires potentiels.
La forte implication mutualiste au sein de la dynamique partenariale d’ACS-P témoigne de l’évolution des mutuelles, autrefois centrées sur les besoins propres de leur sociétariat, vers une solidarité à l’égard des populations en situation de précarité.