La pingrerie de l’Etat à l’égard des fonctionnaires mutualistes : trop peu connue...

Trop souvent friande des charges assassines de certains responsables politiques et économiques à l’encontre des fonctionnaires, l’opinion publique méconnaît totalement les inégalités dont ceux-ci sont victimes, notamment en matière de protection sociale complémentaire. En effet, si les employeurs privés mettent la main à la poche pour financer à 50 % minimum la cotisation santé de leurs salariés, tel n’est pas le cas dans la Fonction publique d’Etat... ou à un niveau ridiculement bas (3 % en moyenne du montant de la cotisation. Six agents sur dix perçoivent moins de 2 euros par an). Dans ce domaine, la généralisation de l’ANI (Accord national interprofessionnel) a continué de creuser le fossé entre les travailleurs du secteur privé et les agents publics.
Du fait que leur ministère est particulièrement mal doté, les enseignants – très majoritairement adhérents à la MGEN – paient leur cotisation mutualiste au prix fort. Sur la base de ce constat, la Mutualité Fonction publique (MFP) a décidé de lancer une campagne de sensibilisation sur le thème « Ma santé concerne tout le monde », contribuant ainsi à détricoter le fantasme trop partagé des privilèges de ses adhérents.